Partenaires

Logo tutelle
CNRS



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Productions scientifiques > Thèses > Thèses soutenues > Caractérisation ultrasonore de l’os par propagation de l’onde latérale : modèle de propagation, transfert de technologie et application à l’ostéoporose.

Caractérisation ultrasonore de l’os par propagation de l’onde latérale : modèle de propagation, transfert de technologie et application à l’ostéoporose.

Doctorant : Emmanuel BOSSY

Directeur de thèse : Pascal LAUGIER

Sujet : Caractérisation ultrasonore de l’os par propagation de l’onde latérale : modèle de propagation, transfert de technologie et application à l’ostéoporose.

Etablissement : Université Pierre et Marie Curie Paris VI

Date de soutenance : JUILLET 2003

Résumé :

La technique dite de transmission axiale permet une évaluation ultrasonore de l’os cortical, à partir d’une mesure de vitesse. Cette technique est étudiée dans la présente thèse d’une part en modélisant par simulation numérique les phénomènes de propagation mis en jeu, d’autre part à travers une approche expérimentale. Un code de simulation de la propagation tridimensionnelle dans les milieux élastiques anisotropes et hétérogènes, reposant sur un schéma aux différences finies, a été implémenté pour répondre aux contraintes spécifiques de la propagation dans l’os cortical. A l’aide d’un tel code, la nature de l’onde se propageant le long de la corticale des os long est étudiée, en fonction de paramètres osseux tels que la géométrie de l’os (épaisseur corticale, courbure) ou la microporosité intracorticale. Parallèlement, un dispositif expérimental a été développé et adapté au contexte de mesures cliniques. En particulier, un nouveau de type de sonde permettant une mesure reproductible sur l’os (in vivo et in vitro) a été conçu et validé expérimentalement. L’originalité du dispositif tient à la possibilité d’une transmission bidirectionnelle implémentée pour s’affranchir de I’effet des tissus mous. Une étude in vitro a été réalisée sur une cinquantaine de radius humain, combinant les mesures ultrasonores de vitesse en transmission axiale à des mesures par rayons X (scanner médical conventionnel et microtomographie Synchrotron). Pour la première fois, nous avons évalué l’effet respectif de la densité minérale matérielle osseuse et de la microporosité sur la mesure de vitesse ultrasonore. Une campagne de mesure clinique est actuellement en cours, 150 patients et témoins ayant été mesurés à ce jour. La reproductibilité des mesures s’est avérée satisfaisante in vivo, grâce au concept de transmission bidirectionnelle. Nous présentons des résultats préliminaires concernant l’effet de l’âge.

Dans la même rubrique :