Partenaires

Logo tutelle
CNRS



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Productions scientifiques > Thèses > Thèses soutenues > Mesure de l’atténuation ultrasonore dans les milieux biologiques fortement atténuants : Application à la caractérisation de la peau.

Mesure de l’atténuation ultrasonore dans les milieux biologiques fortement atténuants : Application à la caractérisation de la peau.

Doctorant : Thérèse BALDEWECK

Directeur de thèse : Geneviève BERGER

Sujet : Mesure de l’atténuation ultrasonore dans les milieux biologiques fortement atténuants : Application à la caractérisation de la peau.

Etablissement : Université Pierre et Marie Curie Paris XII

Date de soutenance : 1995

Résumé :

Bien que l’emploi des ultrasons soit de pratique courante dans le domaine clinique pour l’exploration de milieux biologiques, les ultrasons restent dans ce cas uniquement qualitatifs dans des gammes de fréquences dépassant rarement 10 MHz. Notre travail de recherche se situe à l’interface de nouveaux développements : approche quantitative et haute fréquence ultrasonore.

L’échographie quantitative ou caractérisation tissulaire par ultrasons consiste à estimer des paramètres quantitatifs à partir du signal échographique ultrasonore radiofréquence réfléchi par un milieu. Sur ce signal, des méthodes spécifiques permettent l’extraction de paramètres, en particulier l’atténuation ultrasonore, dont la valeur dépend des caractéristiques du tissu (nature, architecture, état pathologique ou non).

Ce sujet de recherche a porté sur l’étude des milieux biologiques très atténuants, jusqu’à lors non accessibles par les méthodes quantitatives classiques. Les différentes étapes réalisées ont été :

- la modélisation du milieu biologique et la simulation de l’interaction ultrasons-milieu ;
- le développement de techniques originales de traitement de signal (analyse spectrale paramétrique, modèles auto-régressifs) ;
- le développement des algorithmes correspondants pour l’extraction des informations quantitatives ;
- la validation de leurs performances par rapport aux techniques classiques (Analyse de Fourier) ;
- et la faisabilité des méthodes introduites sur des échantillons biologiques (échantillon de peau à haute fréquence, structure osseuse à plus basse fréquence). Sur des milieux stratifiés tels que la peau de porc, nous avons pu réaliser des profils d’atténuation en fonction de la profondeur selon la localisation dans les différentes couches de la peau (derme, hypoderme).

Mots-clés : Ultrasons, Échographie quantitative, Atténuation, Analyse spectrale, Peau.

Dans la même rubrique :