Partenaires

Logo tutelle
CNRS



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Séminaires, conférences > Séminaires du LIP > Séminaires en 2011-2012 > Grégory CHATELAIN (Institut de Chimie Séparative de Marcoule)

Grégory CHATELAIN (Institut de Chimie Séparative de Marcoule)

Vendredi 25 Mai 2011, 14h00.

Titre : Etude des mécanismes d’interaction de l’uranium avec une matrice osseuse

Orateur : Grégory CHATELAIN (Institut de Chimie Séparative de Marcoule)

Résumé. Le développement du nucléaire comme source d’énergie s’accompagne d’un risque accru d’exposition potentielle des travailleurs et du public (exposition accidentelle) aux actinides, qui doit aussi être abordé du point de vue de la santé publique. La toxicité de ces métaux lourds a été bien étudiée à l’échelle macroscopique, notamment sur des modèles animaux. Il a ainsi été démontré que les os constituent un organe privilégié pour la fixation de ces éléments, qui y est très rapide, et peu réversible dans la mesure où la période biologique des actinides est de plusieurs dizaines d’années. Cette fixation peut alors induire une toxicité chronique, d’origine chimique et/ou radiologique, associée à des problèmes de bioaccumulation. La mise au point d’un traitement efficace d’une contamination interne passe d’abord par la compréhension des mécanismes d’interaction entre les actinides et la matrice osseuse. L’objectif de ce projet, réalisé en partenariat entre le laboratoire de Chimie et physicochimie des actinides (ICSM-LCPA) et le laboratoire des protéines cibles (IBEB-SBTN-LEPC), est d’étudier l’interaction entre l’uranium et un matériau composite représentatif d’une matrice osseuse. Au-delà de la simple interaction cation-matrice que l’on a pu étudier, nous nous sommes attachés à évaluer l’impact de la présence de l’uranium lors de la formation de cette matrice. Dans les deux cas, nous avons cherché à déterminer les sites préférentiels de fixation du métal, la nature des liaisons créées (site de fixation, compétition avec le calcium.) et les modifications physico-chimiques induites sur la structure microscopique des matrices (cristallinité, organisation de la phase solide.)